Cosse-tu penses mon p’tit bonhomme – Jack Kerouac

Un spectacle exceptionnel, déjà acclamé, enrichi et encore plus vibrant !

L’icône de la « Beat Generation » traduit et interprété par 3 artistes remarquables

Robert Lalonde, auteur célébré et comédien lui-même, prête tout son exceptionnel talent à Kerouac de façon saisissante avec les voix et la conception sonore du lumineux duo de Tomas Jensen et Karèya, qui ravissent le cœur et l’âme.

Date: Samedi 10 août à 19 h 30 au Théâtre Piggery, North Hatley

Coût :

  • prévente réservée aux membres ART-Lié 2024-25 avant le 13 juillet 17 h : 38 $
  • tarif régulier pour non-membres et membres après le 13 juillet : 43 $

Privilèges Membre ART-Lié 2024-25 : 15 % à l’Auberge La Raveaudière (avec présentation du billet de spectacle ET de la carte de membre) et au restaurant Le Mercantile, 10 % à La librairie Les Appalaches et à La Chocolatière

Une occasion inestimable de renouer avec une idole mondiale de la Beat generation tout en replongeant dans nos racines retraduites, interprétées et diffusées en français kerouaquien, par un trio d’artistes remarquables.

L’importance de Kerouac, un petit gars du bas St-Laurent, le distingue dans la littérature en général.  Sa langue, son style uniques sont célébrés encore et encore. Cette quête de retrouvailles, ce fort désir de fraternité, de rassemblement, de reconsidérer notre histoire sont aussi enracinés qu’universels.

Le ton de « Cosse-tu penses mon p’tit bonhomme » – le début de « On the road », roman culte – La nuit est ma femme – est celui d’une ardente et généreuse confession, d’une émouvante confidence soufflée par le désir de Kerouac de retrouver, par-delà la lancinante distance de l’exil, ses compatriotes à la fois à demi oubliés et douloureusement inoubliables.

La détermination, la ténacité, l’acceptation de sa singularité, l’amour pour ses parents, ses proches touchent l’humanité en chacun.e et tissent l’espoir chez le public qui en a bien besoin.

 

Les artistes de renom qui composent ce spectacle sont :

  • Robert Lalonde, comédien et auteur, a gagné de très nombreux prix dont le tout dernier, le Prix Athanase-David (le plus important prix du Québec reconnaissant l’ensemble de la carrière d’écrivain). On l’a vu dans plus de 150 pièces de théâtre (Masque du meilleur comédien), dans de très nombreuses séries télé (plusieurs fois en nomination aux Gémeaux) et dans une dizaine de longs métrages.
  • Tomas Jensen, musicien-compositeur-interprète, compte à son actif plus d’une quinzaine de disques, dont 2 disques nominés à l’ADISQ, un au GAMIQ, un film et de nombreux spectacles. Le documentariste Martin Bourgault l’accompagne en Argentine et en tire un film projeté au FIFA et autres festivals documentaires dans le monde.
  • Karèya, compositrice-musicienne-interprète, a étudié entre autres le chant d’opéra, ce qui lui sert bien dans Kerouac. Multi-instrumentiste et conceptrice sonore, elle a composé plus de 25 oeuvres (Musée d’Art contemporain, Musée des civilisations, Monument National, Théâtre LaChapelle, Théâtre Hector Charland, Sala Rossa, Colgate University, Usine C.).